Accessibility Tools

25 février 2024

Dimanche 22 octobre, notre accompagnateur Patrick nous donne rendez-vous au parking des Cabassols qui se trouve juste avant Vauvenargues pour une randonnée classique sur le site emblématique de la Sainte Victoire. Le dénivelé est de 620 mètres pour une distance de onze kilomètres.

Peint une quarantaine de fois par Cézanne, le massif de la montagne Sainte-Victoire est classé Natura 2000 et labellisé «Grand Site de France».

plan_Sainte_Victoire.png

Peu après le départ, nous traversons le pont du ruisseau de la Cause puis nous empruntons une piste forestière sous des restanques. Arrivés à une barrière métallique interdisant l'accès aux véhicules sauf pour le service et les secours, nous prenons la piste forestière qui présente des portions très raides surtout dans la partie basse.

Il n'y a plus qu'à suivre les signes rouges et blancs (balises) du GR9.

Cet itinéraire, le sentier des Venturiers, est très fréquenté. Plus de 45 000 personnes par an le gravissent pour atteindre la crête de Sainte-Victoire.

Ce sentier a été utilisé dès le XVème siècle. Depuis, tous les 24 avril, jour de la fête de Sainte-Venture, a lieu le Roumavagi dou Mont Venturi ». Une grande partie de la population de Pertuis se met en marche pour honorer Sainte-Victoire, sous la conduite des prieurs, au son des tambourins.

A l’époque, la Sainte Victoire était dénommée «Mont Venturi», en référence au dieu des vents chez les Celto Ligures.

Au cours de la montée, nous faisons plusieurs haltes pour admirer le panorama …. et pour souffler un peu! La vue s'étend à l'ensemble des Alpes du Sud vers le Nord, et sur les collines littorales au Sud.

vue_depuis_la_Sainte_Victoire.png

A nos pieds, nous découvrons la retenue d’eau du barrage de Bimont.

vue_sur_le_lac_de_Bimont.png

Vers 470 mètres d'altitude il est possible de s'écarter vers une clairière à gauche pour une première vue sur la Croix de Provence et le prieuré. À 725 mètres d'altitude se termine enfin la piste. Un chemin plus plaisant commence ici près d'une aire avec des cèdres du Liban. On passe ici des murs qui délimitaient les terres du prieuré avec un peu plus haut le Pré des Moines. C'était la maigre terre que les moines présents entre le XIVème et le XVIIème siècles cultivaient. Cela ne suffisait sûrement pas à les nourrir car il n'y a ici pas de source et le versant est orienté vers le nord.

Le porche d'entrée du prieuré de 1670 est atteint en peu de temps. Le drapeau provençal flotte au-dessus de la chapelle, cela signifie qu’elle est ouverte.

La chapelle de 1661 est classiquement provençale avec son clocher-mur orienté vers le Nord. Le bâtiment rectangulaire est le refuge actuel. Il était autrefois le bâtiment des moines.

L'esplanade est la brèche rocheuse comblée. Elle abrite une citerne de trois mètres de diamètre et profonde de neuf mètres depuis 1662. Elle était remplie par l'eau recueillie sur les toitures et celle montée à dos d'ânes dans des outres et des jarres.

C’est l’heure pour nous de nous restaurer. Nous choisissons un emplacement au pied de la croix.

la_croix_de_la_Sainte_Victoire.jpg

La croix est construite loin du sommet principal pour être bien vue d'Aix-en-Provence. Inaugurée en 1875, elle souffre beaucoup du Mistral sur la crête et de la foudre qui la frappe régulièrement.

Ses quatre faces sont dotées de plaques en latin, en français, en grec et en provençal.

Le retour se fait par le même chemin. La météo clémente nous a permis de passer une belle journée tous ensemble.