Grand beau temps sur La Ciotat en ce mois d’avril, les dauphins dans la baie, les conditions idéales pour s’initier aux mélanges. Le collège des instructeurs Provence-Alpes proposait à ses membres un stage trimix élémentaire. Evidemment j’étais partante ! Pour une fois que je peux me remettre en situation d’élève. Après deux plongées de (ré) adaptation au maniement du pony et du parachute avec dévidoir (qui nous a valu de bons éclats de rire), nous avons pu goûter à l’hélium. Pas convaincue sur le premier mélange (18% d’hélium seulement, pas une grosse différence à 55m), j’ai vite compris quand les pourcentages se sont élevés. A nous les joies des descentes dans le bleu sans narcose, mais aussi la précision des remontées à la minute près. Ce stage tout en rigueur anglo-saxonne (avec calculs de run time et autres best mix) a trouvé en Provence une résonance toute latine, grâce à la chaleur de nos formateurs Alain Beauté et Jean-Marie Garat. Et le dernier jour, la récompense, Philippe Peyrusse de Plongée Passion nous a conduit sur l’épave d’un junker 88 posé près de Cassidaigne, sur un fond de 72m. 74 en fait, mais ça il ne faut pas le dire car le trimix élémentaire est limité à 70m! La descente est longue, mais une fois au fond on se sent comme à 30m. Du coup on peut profiter tranquillement de l’avion et de ses nombreux habitants. 
Et juste avant de remonter, sur le sable, plein de pennatules, ces fameuses plumes roses connues de Johan et Luc…. Mais c’est une autre histoire!

trimix2

trimix3